C'est très CLAIRE, c'est FRANCOIS le coupable

Un moment de théâtre burlesque en l'église St Michel de SOMAIN

La pièce de Luc Aerens, diacre-comédien belge, a attiré plus de 250 personnes dans l’église de Somain. « C’est très Claire, c’est François le coupable » a permis à chacun de passer 90 minutes agréables avec cette pièce humoristique et burlesque.

         Deux raisons avaient poussé l’Equipe d’Animation de la Paroisse à offrir cette après-midi : les 200 ans de la naissance de Jean Bosco et l’année dédiée par le pape à la vie consacrée. D’ailleurs, le projet pastoral de la paroisse pour les deux années 2014-2016 s’appuie sur ces deux événements pour entrer dans « une culture de l’appel ».

 

         Finalement, le fond de l’histoire de la pièce jouée ce dimanche 8 février, c’est cela. Un « passionné de Dieu », François entraîne dans son sillage des jeunes hommes de son âge… ensemble, ils trouvent sens à leur vie… Une jeune fille d’Assise, promise à un bel avenir, Claire, est saisie par cette soif de tout donner à « dame Pauvreté »… Sur un ton burlesque, la pièce nous montre le tsunami que cela crée, les interrogations de celles et ceux qui l’entourent, les questions profondes que posent un tel appel et une telle réponse… mais aussi le refus, la révolte des parents… c’est l’histoire d’un « oui » donné sans retour qui entraîne d’autres appels (sa sœur, un  serviteur), qui peu à peu traverse le cœur des parents… Devant assumer leur charge de parents, ils ne peuvent suivre François et Claire… mais ils décident de transformer leur quotidien… en faisant de leur palais un lieu d’accueil pour les plus pauvres qui mangeront « à la même table » que les maîtres. Un appel entendu transforme non seulement les personnes…mais aussi les structures de la société. Une belle après-midi…nous avons seulement regretté de ne pas avoir organisé un débat à la suite.

 

Cette pièce est pour notre paroisse un point d’étape… nous sommes partis jusqu’en 2016… En effet, à la fin de sa soirée de travail le Conseil de Paroisse a émis une double conviction :

  • la vocation n’est pas forcément quelque chose d’exceptionnel ou loin de nous… l’expression de Christiane « Fleuris là où Dieu t’a planté(e) » a recueilli l’assentiment de tous…

  • Mais surtout : « nous croyons que Dieu appelle autant qu’avant… de plus en plus (eh oui) d’hommes et de femmes répondent mais pas forcément dans les vocations particulières que nous souhaiterions… »… Je le crois profondément aussi… J’ai vécu le synode et je me réjouis que pointent des propositions de ministères délégués, confiés… en comptant sur nos évêques pour faire avancer. Ce qui est rendu à la vocation de tout baptisé ne diminue en rien les autres vocations particulières. Au contraire !

    Merci à Luc, notre diacre-clown ou notre clown-diacre présent à ce Synode et auteur de la pièce… Dieu appelle… des femmes, des hommes répondent. Confiance.

    Gérard LORGNIER

Article publié par Doyenné de l'Ostrevant • Publié le Mardi 10 février 2015 • 2904 visites

keyboard_arrow_up